L’âme des guerriers

mardi 8 août 2006
par  Stango
popularité : 2%

Les nations du Pacifique ont également leurs danses guerrières rituelles, en général moins connues que le haka des All Blacks.

Le Ka Mate des Blacks

Le haka des All Blacks a fait le tour du monde en même temps que les rugbymen néo-zélandais remportaient des victoires aux quatre coins de la planète. Son origine remonterait à la fin du 19ème siècle et c’est en 1905, que les Blacks le popularisèrent véritablement lors d’une tournée en Grande Bretagne.

Les paroles « Ka Mate, Ka Mate ! » (Je meurs ! Je meurs !) sont connues dans toutes les écoles de rugby ! Mais les Blacks ne sont pas les seuls à perpétuer une tradition guerrière avant chaque match. Les trois nations du Pacifique présentes en RWC 2003 interprètent à leur façon leur chant ou danse de combat.

Le « cibi »

Les îles Fidji appellent leur danse guerrière le cibi ( prononcer à l’anglaise « thimbi »). Comme le haka, il est interprété par le XV fidjien avant chaque match de rugby. Son origine est difficile à dater, il remonte à une époque lointaine lorsque les îles du Pacifique se faisaient la guerre entre elles. De retour à la maison, les combattants fidjiens exprimaient leur victoire par des cris et les femmes qui venaient à leur rencontre les accompagnaient par des chants et des louanges souvent accompagnés de gestes obscènes.

De là est né un cri de guerre, cibi ni i valu, aujourd’hui repris par les rugbymen fidjiens. Le cibi peut être une façon de se donner du courage avant le combat mais il correspond aussi au cri de victoire une fois les troupes rentrées à la maison. En 1939, lors de la première tournée des Fidji en Nouvelle-Zélande, le capitaine de l’époque Ratu Sir George Cakobau eut l’idée d’interpréter le cibi pour contrer le haka Black. Les premiers mots du cibi sont : « Ai Tei vovo, tei vovo » : préparez-vous, préparez-vous !!!

Et visiblement les Néo-Zélandais ne s’étaient pas préparés à la tornade fidjienne : les Fidji remportèrent sept matches sur huit contre les Blacks et arrachèrent l’égalité lors du dernier match. Depuis aucune équipe ne peut se prévaloir d’un tel palmarès en tournée en Nouvelle-Zélande.

Le Siva Tau

La version samoane du haka s’appelle « le siva tau ». Avant la Coupe du Monde 1991, le siva tau traditionnel était interprété par les rugbymen sans trop de conviction. Cette année là, ils décidèrent de composer une danse plus proche du chant de guerre qui aurait un impact psychologique plus fort sur les joueurs. Cela semble avoir porté ses fruits car depuis le début de la compétition 2003, les Samoa ont gagné leurs deux premiers matches haut la main et pourraient créer la surprise en 2007.

Ikale Tahi

Les All Blacks n’ont qu’à bien se tenir face aux Tonga car curieusement leur haka le « Ikale tahi », appelé aussi Sipî Tau est le seul à intégrer des termes faisant référence au combat...rugbystique ! « Teu peluki e molo mo e foueti taka » signifie littéralement « mauls et troisièmes lignes je vais chevaucher ! » Pau ngungu mo ha loto fita’a : « Et pulvériser tous les cœurs féroces... »


Commentaires