Quand le haka fait débat...

vendredi 11 août 2006
par  Stango
popularité : 5%

la veille du match de Tri-Nations opposant samedi l’Australie à la Nouvelle-Zélande, l’entraîneur des Wallabies John Connolly a relancé la polémique sur le nouveau haka exécuté en début de match par des All Blacks. Henry défend ses joueurs.

« Kapa O Pango ». Tel est le nom du nouveau haka. Mais cette nouvelle version de la danse traditionnelle exécutée avant chaque coup d’envoi par les All Blacks a, une fois encore, choqué samedi dernier avant le match contre l’Afrique du Sud. A la veille d’Australie-Nouvelle-Zélande, l’entraîneur des Wallabies, John Connolly, en a profité pour relancer la polémique. La raison ? Le dernier geste du rituel évoquant une simulation d’égorgement. « Nous parlons en permanence de montrer l’exemple pour les plus jeunes joueurs. Ce geste d’égorgement n’est donc certainement pas le meilleur message à envoyer », a souligné le coach australien en conférence de presse.

Ce nouveau haka fait débat depuis son adoption par les All Blacks le 27 août 2005 à l’occasion d’un match contre les Boks. Le geste final avait déjà choqué les observateurs. Par souci de conciliation, les Néo-Zélandais étaient revenus à leur version traditionnelle appelée « Ka Mate, Ka Mate ». Le « Kapa O Pango » avait néanmoins été servi ponctuellement contre certaines grosses équipes (Angleterre en novembre 2005 et Australie en juillet dernier) plus par intimidation que par menace. « Je pense qu’il s’agit d’un écran de fumée en vue du match de samedi, et pas du tout, pour être franc, de donner l’exemple aux jeunes », déplore l’entraîneur néo-zélandais Graham Henry. Quant à son adjoint Wayne Smith, il a défendu le nouveau haka en expliquant que « ce geste ne représente pas un égorgement » tout en replaçant cette danse « dans un contexte sportif ».

L’an passé déjà, Bernard Laporte n’avait pas non plus apprécié cette nouvelle version de la danse maorie. « J’ai le plus grand respect pour la tradition, le rite, le culte. Mais il arrive un moment où on ne peut pas tout s’autoriser non plus. Ils ne doivent pas oublier que des milliers de gamins ont vu le geste. Alors que peuvent leur dire leurs éducateurs ou leurs parents ? Qu’ils vont croiser des assassins sur le terrain ? » L’opinion publique néo-zélandaise ne soutient pas non plus de manière inconditionnelle cette initiative : 40% des personnes interrogées sur le sujet seraient contre.

Indignation légitime ou mauvaise interprétation ? La polémique semble surtout prendre de l’ampleur en coulisses et dans les médias. Les joueurs des deux pays ne se sont en définitive que peu exprimés sur le sujet et ne font pas du nouveau haka un réel motif d’affrontement. Le malaise ambiant paraît être avant tout à la hauteur de la crainte qu’inspirent les All Blacks depuis quelques temps. Le XV de Nouvelle-Zélande reste en effet sur douze victoires d’affilée. Une statistique peut-être encore plus effrayante qu’une simulation d’égorgement...



28 juillet 2006 - Edouard KUNLIN


Commentaires

Navigation