Jean Monribot : « Notre destin en main »

« On n’a pas triché »
lundi 28 mars 2011
par  Stango
popularité : 1%

Le 3e ligne aile, auteur d’un superbe essai, est persuadé que son équipe a les armes pour se maintenir

« Sud Ouest ». Les Clermontois, battus samedi à Agen 26-17, disent que vous aviez plus envie qu’eux. Est-ce aussi votre avis ?

Jean Monribot. Si on n’avait pas eu d’envie pour ce match, on aurait pris une belle rouste. On sortait de deux courtes défaites à l’extérieur NDLR : 25-24 à Montpellier et 22- 8 au Stade Français) où on n’a pas su provoquer les choses. Toute cette frustration est ressortie sur ce match à Armandie, devant notre public. Et puis on avait un besoin impératif de points au classement pour rester dans la course au maintien. Ce sera la même chose samedi prochain contre Castres.

Le match paraissait pourtant mal engagé avec cet essai d’entrée de Morgan Parra. Avez-vous eu peur de passer à côté de ce match ?

Après une telle entame, on aurait pris 50 points en début de saison. Là, on ne s’est pas affolé, on est reparti à 0-0 et on a imposé notre jeu. Plus les journées défilent et mieux on se sent. Ça se voit sur le terrain. On est plus posé. On a notre système de jeu bien en tête et on est dedans à 100 %. On essaie de mieux gérer nos matches, on occupe notamment plus le terrain au pied pour ne pas donner des points comme en début de saison. Et en plus, on se fait plaisir !

Vous avez inscrit un superbe essai samedi, votre troisième en Top 14, qui relance votre équipe. Comment avez-vous vu l’ouverture ?

C’est une zone qu’on avait bien travaillée durant la semaine à l’entraînement. On savait qu’il fallait attaquer là, qu’il y avait des espaces sur les ballons de récupération. Balès me passe le ballon, j’attends que Julien Pierre monte sur moi. J’ai la chance de rebondir sur lui et puis je n’ai plus qu’à courir entre Joubert et Lavea et à éviter le retour de Parra. J’ai la chance que ça passe. Mais tout le monde a apporté sa pierre à l’édifice. On n’a pas triché. On voulait vraiment ce succès.

Avec désormais 5 points d’avance sur le premier relégable, La Rochelle, pensez-vous avoir fait un pas décisif vers le maintien ?

Il reste encore quatre journées, on ne peut pas dire qu’on a fait un pas vers le maintien. Tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. C’est vrai qu’on regarde aussi les résultats de nos concurrents directs. Mais tous les joueurs sont conscients de l’importance des prochains matches et des victoires qu’il faut encore décrocher. On ne peut pas se relâcher contre Castres samedi prochain. On tient notre destin entre nos mains.


Par Frédéric Cormary Sud oust


Commentaires

Brèves

4 novembre 2010 - Scholtz en joker

Le SUALG a engagé le Sud-Africain Hendro Scholtz (31 ans, 1m86, 106 kg) en qualité de joker (...)